Gemtree, à la recherche des zircons et grenats

Classé dans : Australie, Blog | 1

gemtree

 

Nous arrivons à Gemtree en début de soirée. On voit bien que nous avons à nouveau changé de latitude car à 19h il fait encore clair et il fait vraiment froid. Gemtree est le nom d’une road house familiale située à 140 km au Nord Est d’Alice Springs. La plupart des clients sont là pour le « fossicking ». Encore lui ! Pour rappel, le fossicking c’est la recherche de minéraux et pierres (semi) précieuses de façon amateur. Les collines alentours regorgent de zircons et de grenats. Les zircons sont des pierres semi-précieuses de couleur jaune, orange, brun, rosé que l’on met souvent à la place des diamants pour leur ressemblance mais surtout pour le prix bien inférieur. Quant aux grenats, ce sont des pierres rouges violacées souvent confondues avec des rubis. On nous a dit que les grenats d’ici sont encore plus gros que ceux que nous avions trouvé du côté de Cloncurry. Il n’en faut pas plus pour nous venir vérifier ça.

Nous avons déjà fait pas mal de fossicking avant et avons déjà cherché des zircons et des grenats. Par conséquent, on ne voit pas l’intérêt de nous joindre à un tour organisé. Nous prenons simplement notes des informations nécessaires (état des routes, techniques de recherche …) pour notre virée dans le Centre Rouge. On en profite pour faire le plein avant de partir car la prochaine station service est à Alice Springs et on s’apprête à faire quelques kilomètres de détour avant d’y arriver. Etant donné l’éloignement de Gemtree, on s’attend au pire pour le prix du carburant. Et on a bien raison : Diesel à 2,3$/l ! Pas le choix c’est ça ou prendre le risque de tomber en panne…

8h. Nous prenons la direction de Mud Tank, le site de zircons, qui n’est pas très loin. Sur la route nous sommes intrigués par toutes les boules jaunes bizarres ressemblant à des balles de tennis abandonnées dans la terre rouge. En regardant de plus près, on s’aperçoit que ce sont des petites courgettes. Les vaches du coin sont brunes avec la tête blanche et de gros poils, bien différentes de celles avec la peau sur les os qu’on avait pris l’habitude de croiser. Comme chaque fois, elles nous regardent arriver depuis loin et décident justement de traverser la route pile quand on passe devant elles! Heureusement, on roule doucement et on commence à avoir l’habitude de ce comportement des vaches! La Plenty Highway est bitumée mais sur une seule bande ce qui fait que l’on roule au milieu de la route. Quand on croise une voiture (pas souvent du tout), chacun se met sur le côté. Ainsi le temps de se croiser, on roule à moitié sur le bitume et à moitié dans la poussière. Puis, le bitume fait place à la gravel road. Ah, que serait l’Australie sans ses routes pourries ?

Comme à chaque fois, dès que nous sommes sur le site de fouilles nous nous sentons un peu perdus. Le site est grand et les limites pas bien démarquées. Et surtout, où chercher à présent ? On prospecte autour de gros talus de cailloux. Ce sont surtout des apatites, des pierres vertes mais aucun signe de zircons. On finit par bouger et on arrive près d’un grand trou d’eau où les vaches viennent boire. Ça brille partout. De plus près, c’est noir et ça s’effrite, du mica. Mais toujours pas de zircon en vue. Au loin sur une colline, on voit un type occupé puis de nombreux trous avec des seaux en métal tout rouillés abandonnés. Quelque chose me dit que c’est par là… Et de fait, on scrute le sol pendant que le soleil s’occupe de faire briller les pierres qui nous intéressent. Aucun doute, les zircons sont ici. Ils présentent une large palette de couleur : transparent ou des nuances de jaune, d’orange et de brun voire même de rose. On se pose dans un trou déjà creusé et nous nous mettons au boulot armés d’un tamis, d’une pioche et d’un bac d’eau. Pour trouver des zircons, c’est exactement la même technique que pour les saphirs. On passe la terre au tamis pour éliminer la terre et les pierres trop petites, puis on passe à l’eau pour nettoyer la poussière et faire briller les pierres. Si à Sapphire, les quartz rendaient l’identification des zircons difficile, ici ce sont les apatites qui jouent les troubles faits. Même si celles-ci sont vertes, certaines sont vraiment très pales presque transparentes aussi. Notre collection de zircons grandit vite. Cependant, nos pierres sont assez petites mais on en a de toutes les nuances de couleur.

Comme nous sommes curieux, nous allons à la rencontre du type installé plus loin. Pour pas changer, c’est un retraité passionné de pierres. D’ailleurs, il les taille et les polit lui-même. Il doit bien y avoir des clubs chez vous, qu’il nous dit. Que néni et c’est pas faute d’avoir cherché sur Internet, on a absolument rien trouvé de ce genre dans nos pays. C’est bien dommage car on en a plein des pierres à tailler ! L’Australien nous montre fièrement ses trouvailles du jour mais aussi des pierres déjà travaillées. C’est moins joli à l’état brut. Nous passons ainsi la matinée à chercher des zircons et à papoter entre deux tamis avec notre camarade de fouilles.

garnettmountAprès les zircons, place aux grenats à Harts Range encore un peu plus loin. Dans ce cas-ci, c’est pas compliqué, il y a des pierres rouges partout. Il n’y a qu’à se baisser pour les ramasser. Les collines du coin en sont entièrement recouvertes. Il n’y a plus qu’à trouver un bon spot où trouver des pierres de « qualité ». On ne reste pas longtemps sur le site car 1) on a déjà plein de grenats 2) ceux qu’on a sont plus gros et plus beaux. Ici on trouve surtout des cailloux incrustés de tout petits grenats. C’est joli mais pas très intéressant.

Après tout ce fossicking, nous prenons la direction des East MacDonnell reliés à Gemtree par une piste de plus de 50km juste à côté de là où nous avons cherché des grenats. La route est un peu cahoteuse mais très belle. On aperçoit même des dingos. Après une diziane de kilomètres, on croise un type tout seul au milieu de nul part en train de camper près d’une rivière asséchée. Il est super équipé avec panneaux solaires, bières fraîches, GPS, cartes topographiques … On a vraiment l’air d’amateur à côté. On lui demande si lui aussi fait du fossicking mais non il est là pour profiter de la quiétude des lieux. Il nous apprend aussi un truc qui n’est pas sans importance : un peu plus loin la route est bloquée et impossible de passer outre ou de contourner. On est obligé de faire demi-tour. La dame de Gemtree n’a rien mentionné de tout ça ce matin. En revérifiant la carte, on se rend compte qu’il y a deux routes allant aux East MacDonnells… On retourne sur nos pas et on n’ose plus trop prendre la bonne route car le soleil est déjà en train de se coucher et on ne veut pas prendre le risque de tomber en panne d’essence avec tous ces détours et retours. On reprend donc la route principale menant à Alice Springs. Tant pis pour le raccourcis. On passera la nuit sur le tropique du Capricorne près d’Alice Springs.

Une Réponse

  1. […] arrivons à Alice Springs tôt au matin, la voiture pleine de zircons et de grenats. On profite d’être dans une « grande » ville (25.000 habitants) pour faire des […]

Laissez un commentaire