Seminyak, la corrompue (Bali)

Classé dans : Blog, Indonesie | 0

seminyak

Retrouvons nos valeureux aventuriers en route pour la célèbre île de Bali et ses hordes de touristes…

De retour de Papouasie

Apres notre excursion au Raja Ampat, il ne nous reste que quelques jours avant que notre visa n’expire. Pour avoir le droit de revenir un mois de plus, il nous faut sortir du territoire. Nous avions réservé un avion Denpassar (Bali)-Singapour. Cependant, depuis la Papouasie impossible d’avoir un vol direct, résultat nous prenons l’avion à Sorong pour Ambon, puis Ambon – Makassar, puis Makassar Denpassar. On dit merci à l’agence de voyage de Manado pour ce super vol 3 escales avec 1 jour d’attente à Manado…

    Bling bling et traditions

    Nous voilà donc à Bali mais nous n’avons que quelques jours. On ne va pas trop s’éloigner de l’aéroport et on va en profiter pour se poser un peu, le temps d’acheter quelques souvenirs et de manger autre chose que du nasi goreng car Ali est sur le point de faire une overdose… Nous logeons dans un hôtel charmant à Seminyak. Nous avons une villa tout en bois, proche du centre ville, mais bien boisée, avec un grand jardin, ce qui ne donne pas du tout l’impression d’être proche du centre ville. Nous avons un énorme dressing, un lit à baldaquin, une baignoire, une télé. Sur Booking, il était mis qu’il y avait les chaines du câble et internet, mais non, à la place nous avions une sélection de DVD pas top. Je me suis quand même risqué à regarder Wolverine. J’en suis ressorti traumatisé car apparemment nous avions une version sans effets spéciaux et sans post-prod… Ce qui fait que la moitié du film était devant un écran vert, ou avec des mannequins… Mais la jaquette avait, elle, l’air d’être correcte… baliseminyakBref, nous lézardons entre piscine, achat de souvenir et balades en scooter. On a loué un scooter ici, car apparemment les transports en commun sont presque inexistants, remplacés par des compagnies de taxi. Nous découvrons ainsi le Sud de Bali avec Kuta, Legian et Seminyak. Bon ben ceux qui recherchent de « l’authentique » à Bali c’est raté. Ici c’est le Bali bling bling. Il n’y a que des boutiques de fringues et d’art branchées, des restos à la mode, des magasins de souvenirs à la pelle, des chaînes de prêt à porter, des centres commerciaux et même un carrefour, sans compter les outlets Quicksilver et autres marques de surfers. On entend beaucoup parler français pourtant ce sont les Australiens qui sont les plus nombreux dans le coin. Kuta est renommée pour ses plages et spots de surf. Comme l’Australie n’est qu’à deux heures de vol, c’est pas étonnant. Il y a aussi de nombreux jeunes venus faire la fête. Evidemment il y a beaucoup de monde et les routes sont souvent embouteillées. Comme c’est bien pratique un scooter ici!

     

    Touriste tu es, touriste tu te feras plumer

    Nous avons eu droit à notre premier contrôle de police. Papiers, permis, heu non c’est pas bon, c’est un permis voiture que vous avez là, il vous faut un permis scooter. Mais regardez la case 125 est cochée. Ha oui, mais ça c’est des motos, il vous faut un permis scooter… Ici on est en Indonésie pas en Europe donc lois différentes… Bon ok combien on doit donner au gros policier pour être tranquille?… 1 million…  sur le coup on a été un peu pris de cours, et on était pas vraiment préparé, donc on s’est fait avoir comme des touristes stupides, et nous voilà avec un bakchich de 1 million alors qu’en général 100 000 roupies cachées dans le permis de conduire suffisent… Mais bon dans l’un des pays les plus corrompus au monde, il fallait s’y attendre. On a quand même eu droit à notre petit gribouillage sur l’envers d’une contravention pour dire qu’on avait déjà payé et qu’on devait nous laisser tranquille pendant trois jours… Comme c’est trop gentil! Sur le coup je n’ai pas fait le malin, mais après je suis quand même allé voir sur internet si il existait un permis scooter, L’INFO super importante à côté de laquelle on serait passé. Eh ben devinez quoi! Il n’y en as pas bien évidemment… HAAAAgrogneugneu…. ce fut à peu près mon cri dans notre jolie villa. En revanche, il est quand même déconseillé de trop la ramener, car si vous partez au poste, et que le supérieur veut une nouvelle piscine, bha va falloir aligner plus de billets pour arroser tout le monde, et plus vous allez essayer de monter dans la hiérarchie plus ça va vous coûter cher au final. Car retenez bien une chose, ils sont tous pourris. Nous nous retrouvons sur la côte sud de Bali avec cette impression qui nous avait dérangée à Bangkok… Tu es un touriste, donc tu as de l’argent, eux ils sauront mieux que toi le dépenser. On retourne ainsi en mode tout le monde est pourri, et on essaye de tenir jusqu’à notre départ. On va quand même faire un peu de shopping, mais le strict minimum, le temps d’envoyer un colis à nos familles avec des souvenirs et d’alléger les sacs a dos, et on reprend l’avions direction Singapour.

    Laissez un commentaire