Uluru, Kata Tjuta et retour à Alice Springs

Classé dans : Australie, Blog | 1

 uluruwide

Après avoir randonné dans le magnifique Kings Canyon, nous partons pour le mythique rocher rouge, Ayers Rock ou Uluru comme l’appelle les Aborigènes. Il nous faut rouler près de 4 heures pour rejoindre notre destination. La route est longue et monotone. On est surpris de voir autant de verdure dans le désert. Il y a des chevaux sauvages mais pas de dromadaires en vue. Et oui, il y a des dromadaires qui se baladent en Australie. Pour la petite histoire, ils ont été importés au 19ème siècles par des explorateurs. Lorsqu’ils ont fait place aux transports modernes, ils ont été relâchés dans la nature n’étant plus utiles.

ulurucheminLes seuls hébergements disponibles à proximité d’Uluru se trouvent à Yulara, une ville-hôtel. Le logement va du simple camping aux hôtels hyper luxueux. Cette espèce de ville est même plus grande que la plupart des villes de l’outback. Il y a même un supermarché, des restos, un bureau de police, un bureau de poste et des piscines. Ici aussi tout est hors de prix bien que légèrement moins cher qu’à Kings Canyon.

Nous allons au camping et prenons comme chaque fois un emplacement sans électricité. Comme il n’y en a plus, nous sommes surclassés. On a ainsi un site avec électricité pour le prix d’un sans électricité. Nous partons voir le coucher de soleil sur Uluru. Même si le soleil est encore haut, le parking est déjà bien rempli et ce n’est que le début. On sort les chaises de camping et on s’installe pour admirer le spectacle. Uluru, c’est LE truc pour lequel plein de gens se rendent dans le Centre Rouge. C’est tellement touristique que c’est devenu un gros business générant énormement d’argent. On peut faire le tour du rocher à dos de chameau, en quad, en Harley Davidson, en moto, à vélo, en side car et sauter en parachute, survoler en avion ou en hélico. Bizarre qu’il n’y ait pas encore de tour en jet ski…

Une fois la nuit tombée, commence alors un long défilé de voitures allant toutes dans la même direction: le resort. On va manger à l’Outback Pioneer Dinner qui propose des viandes à griller soi-même au barbeq. On prend la spécialité du resto, à savoir l’outback combo qui contient des saucisses à base d’émeu, de kangourou, de croco et de boeuf et des brochettes de crevettes. On a bien mangé mais on est un peu resté sur notre faim.

uluru2Au matin, une chaussure de Nicolas est portée disparue. Il semblerait qu’un dingo l’ait emportée. Ca va être embêtant pour randonner sans les bonnes chaussures. Dans l’après-midi, on balade autour d’Uluru. La balade est facile car c’est on ne peut plus plat. Ça nous change ! On voit ainsi le gros rocher de très près et on en apprend plus sur son importance pour les Aborigènes. Il y a même un petit bassin d’eau permanent. Ce doit être magnifique quand il pleut car la pluie ruisselle créant de nombreuses cascades. Les rangers australiens ont aménagé un sentier pour monter sur le haut du rocher (soit disant pour des raisons de sécurité, ou plutôt sous la pression du lobby touristique). Le sentier démarre juste derrière un gros panneau qui explique que pour les Aborigènes c’est un manque de respect de monter sur le rocher sacré… Mais vous verrez quand même des gens monter (nous vous le déconseillons, résistez a l’appel du troupeau et montrez un peu de respect pour la culture aborigène). Tant qu’on y est, on retourne voir le coucher du soleil. Il y a toujours autant de monde que la veille.

Non seulement il faut voir le coucher du soleil à Ayers Rock mais il ne faut pas non plus manquer le lever de soleil. Hélas, on n’a pas entendu le réveil sonner et quand on se réveille le soleil est déjà haut… Tant pis !

olgaspano

Les Olgas

À une cinquantaine de kilomètres à l’Ouest d’Uluru se trouve un site assez méconnu du public : les Monts Olgas ou Kata Tjuta pour les Aborigènes. Ce sont des rochers rouges semblables à Ayers Rock mais au lieu d’avoir un seul dôme il y en a 36 dont certains encore plus hauts (546m pour le point culminant contre 348m pour Uluru). Le site est très impressionnant, peut-être même plus encore qu’Ayers rock. La balade, Valley of the Winds (7,4 km), est la balade à ne pas manquer dans le coin. C’est très sympa mais c’est pas la plus facile qu’on ait faite. Les chemins sont pentus, instables et rocailleux pendant que le soleil tape. Heureusement, j’ai de bonnes chaussures de marche mais ce n’est pas le cas de Nico que les tongs font souffrir. Ensuite, on va balader dans la Walpa Gorge. La balade est plus courte et plus facile que la précédente mais surtout décevante et ne présente que peu d’intérêts selon nous.

olgasOn voit d’emblée que les Kata Tjuta ne sont pas aussi populaires qu’Ayers Rock. En effet, hormis un tour organisé, nous ne sommes qu’une dizaine de badauds à admirer le coucher de soleil sur les Olgas. C’est très paisible. Nous passerons la nuit à une bonne centaine de kilomètres à l’Est de là. Il y a une road house, Curtin Springs, qui met à disposition des voyageurs des emplacements de camping gratuitement ! Il y a aussi des émeus qui se baladent autour des tentes et caravanes.

Il est temps pour nous de rentrer à Alice Springs. On fait un bref arrêt au Mount Conner, un autre grand rocher au milieu de nul part souvent confondu avec Uluru. Juste à côté se trouve même un grand lac salé. Une autre road house plus au Nord, Stuart Well, élève des dromadaires. Elle vend même des steaks des camélidés mais il n’y en avait plus quand on a voulu en commander pour goûter.

Nous sommes de retour à Alice Springs après avoir parcouru une boucle de 1500 km à travers le Centre Rouge. Pas une seule fois nous n’avons croisé de kangourou ni même de morts écrasés sur le bord de la route ! On fait des provisions à nouveau car on s’apprête à traverser le désert de Tanami.

 

Une Réponse

  1. […] marches pour Nico puisque les siennes ont été emportées par un dingo quelques jours plus tôt à Uluru et surtout des provisions de nourriture et de carburant pour notre très longue traversée du […]

Laissez un commentaire