Les enfants de Daya (Makassar )

Classé dans : Blog, Indonesie | 0

wide

Nos valeureux aventuriers quittent désormais l’île de Java pour explorer les Célèbes (Sulawesi). C’est par Makassar que leur périple en ce lieu commence…

 

Sur l’ile des pirates

Nous voilà donc franchissant en début d’après-midi les portes de l’aéroport de Makassar, sur notre seconde île en Indonésie, Sulawesi anciennement appelée les Célèbes. Sur la carte, cette île a une forme vraiment particulière, comme un « K » stylisé. Notre objectif est de nous rendre de l’aéroport jusqu’à la gare des bus pour le pays Toraja. Après être montés dans le bus allant de l’aéroport jusqu’au centre ville, nous demandons au chauffeur de nous déposer à la gare des bus de Daya. Après un court trajet ou l’on a pu apercevoir sur un rond-point une statue de pirate impressionnante, on longe la grand-route et près d’un immeuble abandonné, le bus s’arrête et le chauffeur nous fait signe de descendre et de traverser, comme quoi la gare de Daya est de l’autre côté de la route… Heu… nous on voit juste un immeuble qui semble a moitié construit ou en cours de démolition mais bon. Nous traversons tant bien que mal les 4 voies de circulation en prenant une petite route au bitume défoncé, contournons l’immeuble et arrivons après une petite marche de 10 minutes à la fameuse gare routière de Daya, complètement déserte. Sommes-nous au bon endroit? on nous confirme que oui mais qu’il est encore trop tôt. Nous sympathisons avec un couple tchèque au fil de l’après-midi. La nuit tombe et la gare commence à s’agiter dans tous les sens. Des groupes d’enfants jouent et les commerces ouvrent ainsi que les comptoirs pour acheter les billets de bus.

.

You beautiful! Do you want apple?

Bientôt des petites filles viennent nous accoster, pas plus de 7 ans de moyenne, et commencent à essayer de discuter avec nous avec les quelques mots d’anglais de leurs vocabulaire. Hello, what’s your name? (parfois sans attendre de réponse) You are beautiful! Do you want apple?thumb Et elles te tendent un filet de pommes avec un grand sourire. Quoi de mieux que la situation réelle pour parfaire sa maîtrise de la langue? Je pense que chaque touriste présent dans la gare a fait réciter ses leçons à chaque élève de la classe, car si pour les 2-3 premières fois on se fait avoir et avec un grand sourire on repond « Hi, fine and you? my name is… » Au bout de 15 gamins, et parfois plusieurs fois les mêmes qui te font le coup, tu commences à connaître la chanson, et ça finit toujours pas « do you want apple? » Je précise qu’ici on ne s’est pas laissé avoir pour acheter!

On part finalement prendre nos billets de bus. Là la concurrence est rude et chacun te promet que le bus est tout confort avec clim et tout et tout, car les bus pour aller au Pays Toraja sont des bus de nuit et il faut un peu plus de 8 heures de route pour rallier Makassar à Rantepao. Finalement on prend le bus ultra confortable Bintang Prima de 22h. Notre attente s’avère très longue. On en profite pour réserver une chambre à Rantepao car nous arriverons très tôt au matin et nous ne voulons pas nous retrouver face à une porte close à 5h du mat’ une fois sur place.

La valse des bus pour Rantepao commence et toujours aucun signe du nôtre, ce qui a le don de nous inquiéter et de nous énerver. Le bus arrive enfin avec une heure de retard. Il y a tout un quiproquo car les gens à l’agence ont mal noté notre nom ce qui fait que le bus n’a pas le bon nom et appelle des gens qui n’existent pas. Bien entendu, les noms qu’appellent le bus n’ont rien à voir avec nos vrais noms. Il faut dire que nous n’avons pas des noms du coin! On finit enfin par monter dans le bus. Je n’ai jamais vu un tel niveau de confort dans un bus: les sièges sont très espacés les uns des autres, très très larges (on ne touche même pas son voisin), sont inclinables horizontalement de sorte que l’on soit couché dans le bus sans même déranger le voisin. Ça vaut bien le prix! Nous voilà enfin partis direction le pays Toraja.

photolink

Laissez un commentaire