Les Murmures du Volcan ( Tomohon )

Classé dans : Blog, Indonesie | 0

tomohon

Nos aventuriers quittent leur petit coin de paradis, avec ses plages et ses cocotiers pour se rendre à Tomohon avec ses lacs et ses volcans.

 

Passage éclair a Manado

Bientôt nous entendons la sirène du ferry, et nous apercevons les lumières de Gorontalo. Il est temps de quitter notre petite cabine et de chercher une voiture pour nous conduire à Manado. Le prix annoncé est de 1 million de roupies. Nous partageons la voiture avec Sophie et Jean-Phi qui réussit à négocier à 800.000. Cependant, les voitures sont toutes petites et on est tout serré à 4 + le chauffeur et tous nos bagages. Le trajet prend 10h. Notre voiture est digne d’un « pimp my car » avec une belle doudoune rouge sur le devant, les gros dés qui pendent au rétroviseur, et le logo playboy sur la vitre arrière. Nous arrivons finalement à Manado en milieu d’après- midi et cherchons un hôtel pour passer une nuit avant de repartir direction Tomohon, un petit village d’altitude au pied du volcan Lokon, l’un des plus actifs d’Indonésie.

 

A l’ombre du Lokon

tomohontempleLe lendemain matin, nous prenons le bus, et nous débarquons la fleur au fusil, encore bercés par les Togians, dans ce petit village où il fait frais. Comme ça fait du bien! C’est jour de marché, principale curiosité du coin. Mais notre priorité est de trouver un endroit où dormir. Le Volcano Resort étant complet, nous allons à l’hôtel d’en face, le Happy Flower situé au pied du volcan Lokon. Tous deux sont très bien situés et ont un agréable jardin. Après une longue sieste, nous louons un scooter pour les jours suivants et allons en centre ville voir le fameux marché du samedi. Evidemment, le marché est presque fini car c’est fin de journée lorsque nous y allons. On est à peine entré dans le marché dédale qu’on fait demi-tour. Sur 15 mètres, on a déjà le temps de croiser des chiens en cage, des chiens en train de se faire rôtir, et des chiens coupés en morceaux, sans compter les bouts de pattes et mâchoires disséminés un peu partout sur la route et les odeurs… Miam ça fait envie! On est vite reparti sur notre scooter…

L’accès au volcan Lokon est strictement interdit… pour cause d’éruption! De quoi le volcan est en eruption? Bon en fait, il montre des signes d’activité et risque d’exploser à tout moment… Il vaut donc mieux éviter de s’en approcher de trop près. On est jamais à l’abri d’une coulée de lave impromptue. Le Lokon est en état d’alerte de niveau 4. Si il passe au niveau 5, c’est l’évacuation de toute la région. Autant dire que c’est tendu. Mais on est au pied du Volcan non? Nous sommes partagés entre excitation et peur à vrai dire. La déception de ne pas pouvoir faire l’ascension du Lokon est de courte durée car il y a un a un autre volcan de l’autre côté de la vallée, le Mahawu.tomohon

Nous nous rendons à l’institut de sismologie afin d’en apprendre plus non sans difficulté car il n’y a aucun panneau. Nous nous retrouvons dans un petit bureau. Ali devient toute dingue devant les sismographes. Le géologue nous explique leur fonctionnement et nous montre les dernières vidéos de surveillance où le volcan a relâché un peu de fumée. Ensuite, nous continuons notre chemin vers le volcan Mahawu, on tourne à gauche, attends regarde le plan, oui alors on est là il suffit de tourner à droite maintenant et de suivre la route jusqu’au… lac Tondano, ha bha non on s’est planté de route…

Bon bha pas grave on fait le tour du  lac Tondano. Vraiment sympa. On s’arrête pour manger un morceau à midi dans l’un des restaurants installés sur les berges offrant une vue imprenable sur le lac. On a eu du bol: il a commencé à pleuvoir lorsque nous sommes descendus du scooter. 20 secondes plus tard on ne voyait pas à 3 mètres tant le rideau d’eau était épais. Une fois le déluge passé, nous reprenons la route déçu par notre repas très cher et vraiment pas terrible.

Un mariage à Tomohon

tomohon2Le soir, de retour à l’hôtel, nous ressortons en ville pour manger. Au détour d’une rue nous tombons sur un cortège très animé traversant la ville. On le suit comme on est curieux. Un homme nous invite à le suivre. En fait, c’est un mariage. Les touristes blancs sont très bien vus, car ils apporteraient soit-disant chance et prospérité. Nous nous retrouvons presque invités d’honneur à la cérémonie. Rapidement les convives se succèdent pour nous prendre en photo. On nous dépose des enfants sur les genoux et nous voilà devenus de vrai Père-Noël dans un magasin de jouet. On a vraiment l’impression de voler la vedette. Au bout d’un moment la cérémonie démarre, et les convives repartent a leurs places. Tout est très ritualisé et les robes sont magnifiques. On nous fait signe de rester manger mais nous déclinons à leur grande déception.

Le lendemain matin, nous sommes déterminés à trouver le Mahawu. On avait loupé le tournant la veille. Il n’y a aucune indication. La route traverse des plantations de choux et autres. Elle est très longue avant de se terminer en cul-de-sac. Voilà enfin le Mahawu! Nous montons quelques marches et arrivons au sommet. Nous sommes seuls hormis quelques ouvriers. Un sentier est en cours d’aménagement et fait le tour du cratère. Seule la première moitié est accessible. Le cratère ressemble très fortement à l’Ijen avec son tout petit lac turquoise et le souffre mais en bien moins spectaculaire. Par contre, on a une belle vue sur Tomohon et la région en contre-bas. C’est très beau mais mieux vaut y aller au matin afin d’éviter la pluie.

 

photolink

 

Laissez un commentaire